• Non classé
  • 2

[Dossier] Mars: Leçons d’aujourd’hui, savoirs de demain

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Anonyme dit :

    A propos de Phobos…

    Si j'ai bien compris l'idée c'est d'avoir une mission "plus simple" en réduisant le besoin de delta-v pour le voyage du retour (en ayant 11m/s de vitesse de libération au lieu d'environ 4km/s je crois bien). Mais… ça laisse les astronautes en apesanteurs ou micro (nano ?) gravité pendant presque 3 ans ! Du coup ils proposent de faire tout une campagne de test en orbite lunaire pour s’entraîner et trouver des solutions à ce problème.

    Et c'est là où je suis pas le plan. Pour résoudre le problème A (le retour sur Terre depuis Mars), ils veulent résoudre le problème B (passer 3 ans en apesanteurs sans dommages). Ce n'est même pas dit qu'il y est une vraie solution à B !

    Eric, tout cela a-t-il un sens pour vous ? Pourtant le JPL ne sont pas des ignorants !

  2. Eric dit :

    Phobos a plusieurs avantages sur Mars. Il y a le delta-v du retour, mais aussi l'économie d'une bonne partie du matériel nécessaire à descendre sur Mars (bouclier thermique, parachutes supersoniques, airbags et autres méthodes). D'autre part, l'absence d'atmosphère sur Phobos, c'est la promesse de conditions connues et constantes sur une grande période de temps, tandis que sur Mars il peut y avoir des conditions de températures, visibilité et même d'exposition aux radiations qui sont très variables. D'autre part, Phobos a beau être une petite lune, il y aurait une petite gravité sur place, et certaines études ont montré qu'il n'en fallait pas forcément beaucoup pour que notre corps compense sur certains aspects (flux sanguin, irrigation des extrémités etc).

    Mais dans tous les cas le fait de rester en voyage spatial long, en micro-gravité, est à étudier parmi d'autres solutions. Ce n'est qu'un des nombreux problèmes auxquels nous n'avons pas forcément de réponses…

    D'autre part et même si on n'en est pas encore là, il y a beaucoup d'études pour proposer des systèmes de gravité artificielle. Les classiques comme la roue de "2001 l'Odyssée de l'espace" ou "Interstellar" mais aussi des systèmes très innovants comme des balanciers à contrepoids (le module de propulsion est envoyé à une centaine de mètres relié par des câbles et les deux ensembles démarrent une danse en rond qui assure une micro-gravité).

    Cela fera sens pour moi quand on passera à une décision claire, aux essais techniques… Une visibilité à 3-4 ans serait déjà fantastique 🙂

Laisser un commentaire